Derniers articles

Catégorie articles

Message du Pape François


Ce texte du pape François au Conseil des Conférences épiscopales d’Europe, est proposé conjointement par les Pères DENAËS et HOMBRADOS.  Merci à eux


EXTRAIT :

Il invite à prendre « un chemin cherche à identifier les signes d’espoir (…) même si on a tendance à ne pas s’en rendre compte, ils sont nombreux mais souvent discrets. Nous les voyons dans la préoccupation de beaucoup de nos frères envers ceux qui sont en souffrance ou dans le besoin, en particulier les malades, les prisonniers, les pauvres, les migrants et les réfugiés (…). La foi dans le Seigneur ressuscité a rendu les chrétiens plus intrépides en ce qui concerne la charité ; elle constitue le meilleur antidote aux tendances de notre temps, marqué de blessures et de contrastes.

Puisse donc votre engagement être un engagement de charité. C’est le chemin principal de la vie du chrétien, comme nous l’enseigne le Seigneur Jésus : Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! (Mt 25, 35-36). Chaque fois que nous faisons l’une de ces choses à l’un de nos frères, nous le faisons au Seigneur Jésus ! Cette gratuité est un signe d’espoir tangible car elle nous conduit à regarder l’autre en tant que personne. Les populismes qui prolifèrent à notre époque nourrissent la recherche constante de contrastes qui eux n’ouvrent pas le cœur, mais l’emprisonnent dans des murs de ressentiments suffocants. Au lieu de cela, la charité ouvre et vous fait respirer. Elle n’oppose pas les gens les uns aux autres, mais voit plutôt les besoins de chacun d’entre nous reflétés dans les besoins des plus démunis, car nous sommes tous un peu démunis, tous un peu fragiles, tous en besoin de soins. La charité envers les autres nous encourage à nous reconnaître enfants d’un même Père qui nous a créés et qui nous aime. Par conséquent, notre engagement à témoigner aujourd’hui de notre foi (…) ne doit surtout pas diminuer, sachant que la foi ne se transmet pas par prosélytisme, mais par attraction, c’est-à-dire par le témoignage. Il ne s’agit pas de représenter des schémas du passé, mais de nous laisser guider par l’Esprit du Seigneur afin de proposer la joie qui émane de l’Évangile, aux hommes et aux femmes que nous rencontrons (…).