Derniers articles

Catégorie articles

Edito de juin


14 juin 2020 : Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ

Christ, Parole de Dieu est nourriture pour nous ; il nous donne la force de poursuivre chaque jour la route de l’Évangile, fût-ce en traversant l’épreuve ou l’aridité de la foi. Participer à l’Eucharistie, c’est vivre déjà la réalité sans limite du Royaume des cieux.
Laissons-nous bousculer par la réalité de l’Évangile. Jésus parle de manger la chair, de boire le sang.
Ce sont des actes cruels ! Nous participons à la violence du monde où l’on ne cesse de s’entre-tuer, même sous couvert de civilité. Les gestes de la communion eucharistique nous rappellent cette violence, mais pour la transformer en force de solidarité et d’amour. Lors de la Cène, Jésus associe
ses disciples au don de sa vie ; il s’expose à la violence maximale pour que la violence soit vaincue, « pour que le monde soit sauvé ». Pas d’eucharistie sans prendre conscience de la brutalité de la société, sans engagement à construire un monde plus fraternel !
Manger et boire : voilà des gestes indispensables à toute survie humaine individuelle, fût-ce au détriment des autres. Manger le Corps du Christ et boire son Sang, voilà ce qui transforme la vie non seulement individuelle, mais aussi communautaire : cette communion relie tous ceux qui y
participent pour former ensemble le Corps du Christ et préfigurer la société sans violence que Dieu promet, dans la vie éternelle du Royaume. Dieu a pris l’initiative de nous rencontrer en Jésus, et pour ce faire, il est venu à notre hauteur, tout en bas. Il s’est mis à nu, en égalité avec nous. Il nous a donné ce qu’il a en propre : son nom et son corps.

Marc Denaës, prêtre